• Calendrier de tournée
  • Dossiers téléchargeables
  • Photos
  • Vidéo # Sens
Accueil du site || Spectacles || Sens - Triptyque Chorégraphique

Distribution


- Chorégraphie / Yan Raballand
- Solo / Yan Raballand
- Duo / Evguénia Chtchelkova et Aurélien Le Glaunec
- Trio / Evguénia Chtchelkova, Aurélien Le Glaunec et Yan Raballand
- Création Lumière / David Debrinay
- Scénographe / Anouk Dell’Aiera
- Création costumes / Robin Chemin
- Musiques / Madame Miniature
- Régie générale / Thibaut Garnier

Partenaires

Coproductions

- Le Rive Gauche, Scène conventionnée danse de Saint Etienne du Rouvray
- Le Phare, Centre Chorégraphique National du havre / Haute Normandie
- Espace du Moulin de l’Étang, ville de Billom
- La Coloc’ de la Culture, ville de Cournon d’Auvergne


Avec le soutien de

- La Compagnie Propos, Denis Plassard
- Fracas, CDN de Montluçon / Auvergne
- KLAP - Maison pour la danse à Marseille
- Réseau Labaye (Le Phare, CCN du Havre Haute Normandie, La Scène Nationale Évreux Louviers, Le Rive gauche, La Compagnie Beau Geste, Le Théâtre des Chalands)

- Yan Raballand est artiste associé au Rive Gauche, scène conventionnée danse de Saint Etienne du Rouvray

Création 2015
Poursuivant ici sa recherche sur l’écriture du geste Yan Raballand prend comme point de départ une œuvre littéraire de Francis Ponge, La promenade dans nos serres. Saisi par le rythme et la musicalité de cette langue précieuse, il compose en s’en inspirant, un solo, un duo et un trio.

« Lorsque j’ai découvert La promenade dans nos serres, j’ai eu l’impression de lire et d’entendre à la fois une prière, une incantation et une déclaration d’amour. Francis Ponge s’adresse à ses mots comme à des particules vivantes, avec attention et tendresse. Il choisit ses mots pour parler des mots. A ma première lecture, j’ai senti une connexion que j’ai eue bien du mal à nommer. Comme une passion commune. Au fond, je pense que j’aurais aimé être là le jour de la ballade qui lui a inspiré ce texte. Pas seulement parce qu’il parle "de l’homme qui ne sait plus danser", mais pour une raison bien plus profonde, celle de l’amour du mouvement. »